Cerveteri

Cerveteri Ingrandisci

Visite guidée de la nécropole de la Banditaccia

Maggiori dettagli

  • Autore: Dario Rossi
  • Anno: 2007
  • Formato: 14 x 21 cm.
  • Pagine: 32 pp., ill.
  • ISBN: 88-7145-236-4

4,00 €

10 Articoli disponibili

Aggiungi alla lista dei desideri

Nessun punto fedeltà per questo prodotto.


Il n’est pas facile de parler des origines de cette ville très ancienne car elles se perdent dans la nuit des temps.

Toutefois, en puisant des renseignements chez les écrivains grecs et latins de l’Antiquité, en particulier chez Denis d’Alicarnasse (écrivain très méticuleux de l’Antiquité Romaine) on remarque, dès le livre Premier de cet auteur, que l’ancienne Agylla, dont le nom se transforma par la suite en Caere, patronyme très célèbre, était située sur le territoire où se trouve actuellement le village de Cerveteri, pas très loin de la Mer Tyrrhénienne.

Ce fut l’une des villes les plus anciennes et mémorables de l’Etrurie centrale, et l’une des plus célèbres lucumonies de la confédération étrusque. Sa fondation, en comptant à partir de l’époque du passage des Sicules en Sicile, remonte à environ 14 siècles avant l’ère vulgaire. L’identité des premiers fondateurs de la ville est toutefois incertaine car certains pensent qu’elle a été fondée par les Sicules, tandis que d’autres pensent qu’elle a été fondée par les Pelasges et les aborigènes.

Les habitants d’Agylla se sont consacrés certainement avec une grande attention à la culture de la terre et surtout à l’élevage, premier travail des peuples antiques. Toutefois, – comme nous rapporte Virgile à propos des anciens Pelasges habitants d’Agylla – ces derniers ont dédié à Sylvain, Dieu des champs et des troupeaux, un bois de sapins très vénéré par ce peuple. Le bois sacré était situé du côté est, à un peu plus d’un kilomètre de la ville, sur un mont de tuf allongé qui finit en vallonnements. Il s’appelle encore de nos jours Monte Abetone, et son nom vient du mot «Abete» qui signifie sapin. Vers 1238, dans Cassandre, le poète grec Lycaphron évoque les nombreux troupeaux de gros bétail qui errent dans les bois d’Agylla, et il les appelle «pecorose» à cause de l’énorme quantité de brebis qui y broutaient (pecora = brebis).

  • Autore Dario Rossi
  • Anno 2007
  • Formato 14 x 21 cm.
  • Pagine 32 pp., ill.
  • ISBN 88-7145-236-4

3 other products in the same category: