Enfants-Trouvés et Pèlerins

Enfants-Trouvés et Pèlerins Ingrandisci

Les fresques dans la salle de Pellegrinaio de l'Hopital de Santa Maria della Scala à Sienne 

Maggiori dettagli

  • Autore: Alessandro Orlandini
  • Anno: 2014
  • Formato: 14 x 21
  • Pagine: 80
  • ISBN: 88-7145-332-3

5,00 €

10 Articoli disponibili

Aggiungi alla lista dei desideri

Nessun punto fedeltà per questo prodotto.


Désormais, pour chaque oeuvre d’art on ne peut pas se limiter

à des évaluations purement esthétique - en réalité

on ne le fait plus - mais il est nécessaire de prendre en

compte le contexte culturel, social et politique dans lequel

l’auteur a vécu, le rôle du commanditaire et du publique,

les traditions artistiques et la formation de l’artiste. Cependant,

on n’a pas de doutes que certains produits – la

peinture dans ce cas – se prêtent beaucoup mieux que les

autres types d’art à être interprétés avec attention non

seulement selon le résultat et l’évaluation esthétique, mais

aussi selon l’histoire d’une institution, d’une particulière

activité, d’une société entière, des idéales et des programmes

des commanditaires. Cela se vérifie dans les cas

où on est en présence d’une narration diffusée de l’oeuvre

d’art – un complexe des fresques vaut mieux que un simple

tableau, ou les scènes d’une prédelle mieux que les figures

dans un simple tableau –, et de plus, on est en présence

d’un message perceptible par les contemporains.

Une condition pareil se vérifie dans les magnifiques

fresques de la Salle du Pellegrinaio de l’Hôpital de Santa

Maria della Scala de Sienne, qui peuvent représenter une

occasion privilégiée par un itinéraire pédagogique ou

pour le tourisme des écoles. Ainsi, on veut aider à trouver

dans l’oeuvre d’art touts les messages possibles, toutes

les implications, en construisant autour, comme on le propose

ici, une agréable lecture du passé en faisant une comparaison

avec les images et les documents écrits, en essayant

à stimuler la critique et l’imagination.

Les fresques du Pellegrinaio se prêtent très bien à une

lecture profonde de la période finale duMoyen Age, riche

en détails et fascinante. Les parois qui les conservent appartiennent

à une glorieuse

institution hospitalière, qui a toujours eu un rôle fondamental

dans la vie de la ville de Sienne et qui représenta

aussi un modèle à admirer pour les étrangers, pour

les autres villes ou les autres États. Sa plurifonctionnalité,

différente du caractère plus spécialisé des certains

hôpitaux de la proche Florence – on pense premièrement

à l’Hôpital des Innocents – permet mieux de souligner les

caractères traditionnels de l’hôpital médiéval : un lieu de

soin pour le malade, un lieu d’accueil pour les enfants

abandonnés, mais aussi un toit au dessous duquel les

pauvres et les pèlerins pouvaient trouver un abri, demander

un lit et à manger.

Tout nous rappelle leMoyen Age caractérisé par la pauvreté,

les maladies produites par la manque de nourriture,

la manque d’hygiène, les promiscuités infinies, l’impuissance

de la médicine; un Moyen Age marqué par le dramatique

et trop souvent abandon des enfants de la part des

parents trop pauvres ou par les mères célibataires (il faut

souligner aussi que, derrière ces abandons, il y avait aussi

la provocation de l’avortement et l’infanticide). Mais le

Moyen Age était aussi caractérisé par la ferveur religieuse;

des groupes des pèlerins parcouraient les routes, mouvées

par un rappel intérieur vers ces lieux où ils espéraient de

expier leur fautes ou exaucer un voeu, et par un désir –

aussi fort – d’évasion de la vie quotidienne pour visiter de

nouvelles églises, de nouveaux endroits, de nouvelles villes,

en faisant face souvent aux dangers et à la fatigue.

Mais l’Hôpital della Scala et les fresques du Pellegrinaio

en premier plan, nous racontent aussi d’un autre

Moyen Age, plus précisément le déclin de cette période

qui est comme l’aurore d’un nouveau temps. Dans les

peintures, la vie de l’Hôpital est représentée comme très

ordonnée, non seulement à cause de l’idéal des commanditaires,

mais aussi parce que c’était la réalité – chaque

oeuvre d’art, comme aussi les produits littéraires, peut et

doit être interprétée avec un double point de vue: ce

qu’elle veut proposer et sa capacité de représentation .

Dans la période de la réalisation des fresques non seulement

l’intervention publique dans la gestion de l’hospitalisation

s’était affirmé– ça ne voulait pas dire certainement

l’exclusion du rôle traditionnel de la charité – mais

s’était présenté le concept de service publique de l’hôpital,

au moins quelque chose qui lui ressemblait, pendant

que, à coté de l’assistance traditionnelle, s’était renforcé

le rôle de soin de la maladie et une nouvelle attention pour

l’hygiène, la propreté et l’alimentation.

Au niveau pédagogique, l’aspect le plus utile de ce livre

est constitué par la possibilité d’approcher la représentation

artistique avec les documents d’archive et ce rapprochement

permet de construire une série de réponses

personnels de la part des jeunes visiteurs qui peuvent entreprendre

une forte expérience sur la recherche historique

pluridisciplinaire. Et que la recherche historique

puissent secouer la capacité d’observation, d’évaluation

critique et la fantaisie et qu’elle soit l’inévitable propension

à composer un tableau complexe des réalités

concrètes, des structures sociaux, des institutions et des

orientations idéals.

  • Autore Alessandro Orlandini
  • Anno 2014
  • Formato 14 x 21
  • Pagine 80
  • ISBN 88-7145-332-3